Les risques professionnels des salons de coiffure

Publié le 11 octobre 2016

L’évaluation des risques professionnels est un préalable indispensable à toute démarche de prévention en matière de santé et sécurité au travail. Elle vise à identifier les risques spécifiques auxquels sont soumis les salariés d’un établissement. Elle s’inscrit dans le cadre de l’obligation générale du chef d’entreprise de protéger la santé des salariés et d’assurer leur sécurité.

Les résultats de cette évaluation sont regroupées au sein du document unique. Ce dernier doit être tenu à la disposition des salariés, membres du CHSCT, représentants du personnel mais aussi des différents organismes chargés de contrôler la santé et la sécurité au travail.

Les troubles musculo-squelettiques (TMS)

Maux de dos, épaules douloureuses, pathologies du coude ou syndrome du canal carpien : les TMS sont en forte augmentation chez les coiffeurs. Ce phénomène s’explique par les postures de travail pénibles, les efforts physiques et les gestes répétitifs. Il peut être accentué par une charge de travail élevée, des pauses de récupération insuffisantes ou des situations de stress.

Les produits chimiques dangereux

La manipulation de shampoings, de produits de coloration, de décoloration, de permanente ou de défrisage expose les professionnels de la coiffure à des substances chimiques dangereuses, susceptibles de pénétrer dans l’organisme par inhalation et de provoquer des affections cutanées ou respiratoires : eczéma, asthme, rhinite…

Le risque d’être atteint d’une allergie, deuxième cause de maladie professionnelle chez les coiffeurs, est à prendre au sérieux car une fois l’allergie déclarée, tout contact avec la substance en cause peut déclencher une crise.

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a classé en 1993, l’exposition professionnelle des coiffeurs dans le groupe des activités probablement cancérogènes.

Autres risques professionnels des coiffeurs

  • risques des chutes et de glissades (première cause d’accident)
  • risques liés aux équipements de travail dont coupures et brûlures
  • risques psychosociaux : stress (charge de travail, relations tendues avec la clientèle)
  • risques liés aux ambiances physiques de travail : bruit du matériel, fond sonore, éclairage inadapté, ambiances thermiques chaudes ou froides…
  • risques routiers si déplacement chez les clients

Quelles mesures de prévention ?

L’employeur doit évaluer les risques auxquels sont exposés ses salariés, y compris les apprentis. L’ensemble des activités de travail est pris en compte les étapes de préparation des actes techniques, le nettoyage du salon et des postes de travail. Sur la base de cette évaluation, des mesures sont prises pour limiter les risques d’atteintes à la santé et à la sécurité mais aussi du turnover et de l’absentéisme. L’employeur doit formaliser cette évaluation dans le document unique.

EN savoir plus

Les mesures doivent avoir pour objectif d’éviter les risques ou à défaut, de mettre en place des mesures de protection collective :

  • L’aménagement des locaux : sols antidérapants pour éviter les chutes (une des principales causes d(accident), postes de travail suffisamment espacés pour permettre l’usage de tabourets, local pour la préparation des produits …
  • L’équipement : sièges des clients et bacs de lavage réglables, sèche-cheveux non bruyants et aisés à manier, choix de produits de coiffage sans substances allergisantes…
  • L’organisation du travail : anticipation des pics d’activité, rotation des tâches pour éviter les gestes répétitifs, information et formation du personnel aux mesures de prévention des risques …
  • Le port de gants de travail : gants jetables adaptés pour la préparation, la pose et le rinçage du produit …
  • Le respect des règles d’hygiène individuelle et collective : lavage des mains avec un savon neutre, entretien des mains avec des crèmes protectrices, nettoyage des tenues de travail, interdiction de manger dans les locaux …

Document unique : Vos obligations

L’obligation de prévention des risques professionnels s’applique à tous les employeurs de droit privés. Le chef d’établissement a la responsabilité d’établir et de mettre à jour chaque année un document unique d’évaluation des risques professionnels, lequel doit servir de base au développement d’actions de prévention dans l’entreprise (décret n° 2001-1016 du 5 novembre 2001).

Contactez nous